UsagespédagogiquesdesMITIC Cours 72280 (CCEP)



Petit-Bazar

Domaine: 
Langues - Français -> Comprendre l'écrit
Objectifs pédagogiques: 
Français: développer la conscience phonologique, lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture
Mathématiques: explorer l'espace, poser et résoudre des problèmes pour construire et structurer des représentations des nombres naturels
CT (capacités transversales): être autonome dans la prise en charge de son travail et sa progression (auto gestion), acquérir une méthode de travail, et collaborer avec un camarade
Degrés conseillés (harmos): 
3P - 4P
Matériel: 
Un ordinateur (la souris, le clavier et l'écran)
Pour les mathématiques: des multicubes pour aider les élèves ayant besoin de manipuler
Pour les capacités transversales: un tableau (ou une feuille A3 ou plus grande) avec une ligne réservée pour chaque élèves (écrire les prénoms au début de chaque ligne).
Pour les capacités transversales: des étiquettes imagées représentant chaque atelier, à placer par les élèves sur le tableau à la fin de chaque ateliers
Site Petit-Bazar, rubrique activités en ligne, sous-rubriques mathématiques et français
Temps prévu: 
6 périodes de 45 minutes
Résumé: 
Voici les activités en ligne retenues pour les activités des ateliers sur Petit-Bazar. En français: 1) "Le pendu", qui consiste à écrire un mot pour image donnée, pour le niveau 1. En ce qui concerne le niveau 2, il s'agit de faire la même chose, mais il n'y a pas d'image. Ceci permet donc de différencier. 2) "Le quizz", où il faut lire une liste de mot (déterminant et nom), puis associer/choisir le bon, pour une image donnée (les animaux ou les aliments). Pour complexifier la tâche de l'élève, le même exercice est proposé cette fois-ci, avec des phrases à associer avec une action (thème: les schtroumfs). Cette activité permet donc à l'enseignant de différencier, selon le niveau de lecture de l'élève. En mathématiques: 1) "Les puzzles", qui consistent à mémoriser une image (animaux), qui est ensuite découpée en pièces de puzzle et mise dans le désordre. Finalement, la tâche est d'assembler les pièces, afin de reconstituer l'image de départ. Pour s'aider, l'apprenant à la possibilité de faire réapparaître l'image (2-3 secondes) s'il est en difficulté. 2) "Les puzzles/numération et calculs", qui consistent à placer une opération donnée (addition, soustraction ou multiplication), sur le résultat qui lui correspond. A noter que les calculs sont paramétrables, ce qui est un avantage pour la différenciation. Autoévaluation de l'élève et gestion de la progression par les élèves: les élèves placent les images correspondant aux ateliers effectués sur le tableau, à côté de leur prénom.

Dispositif:

Le dispositif élaboré autour des activités en lignes (les ateliers) est le suivant: les élèves, par groupe de deux effectuent les activités dans l'ordre qu'ils souhaitent. A la fin de chaque atelier, ils doivent dans un premier temps prendre l'étiquette imagée qui correspond à l'atelier qu'ils viennent de faire, puis la placer à côté de leur prénom. A noter que l'enseignant doit définir avec les élèves quelle image correspond avec quel atelier au préalable (par exemple: un oeil pour l'atelier de lecture, un dessin du pendu pour l'atelier du pendu, des pièces de puzzles pour l'atelier de mathématiques "puzzle", et des chiffres pour l'atelier "puzzle:numération/calcul"). Ainsi, les apprenants peuvent voir leur progression dans les ateliers, et planifier les prochains qu'ils feront.

Déroulement:

Avant de débuter les ateliers il faut que l'enseignant prévoie les groupes d'élèves, en fonction des ateliers, qui permettront aux élèves d'être dans les interactions visées. En d'autres termes il faut que l'enseignant choisisse, selon les élèves, s'il veut les faire travailler ensemble, c'est-à-dire en collaborant, ou s'il souhaite mettre un élève expert avec un élève novice, qui sera aidé par le premier (étayage). A noter que pour le deuxième cas, c'est sur le versant du tutorat que sont considérées les interactions entre élèves.

Cependant, que ce soit pour l'un ou pour l'autre, il est important que l'enseignant rappelle aux élèves, ou fasse un travail en parallèle s'il le souhaite, à propos des règles sous-jacentes à la collaboration et au tutorat. Et cela dans le but d'éviter des confusions et/ou des problèmes de relations entre élèves. Bien entendu, lors des ateliers, l'enseignant aura la possibilité de réguler les interactions infructueuses, et/ou de changer les groupes d'élèves en cours.

A présent, en ce qui concerne les activités (ateliers) proposées aux élèves, ils se mettent par deux et choisissent un atelier de leur choix. A noter que pour les mathématiques, il faut prévoir des multicubes ou un autre matériel équivalent, qui permet aux élèves de passer par la manipulation en cas de difficultés.

Ensuite, ils effectuent l'atelier. Un feedback leur est donné par l'ordinateur à la fin de chaque activité en ligne. L'élève doit noter ce résultat (principalement transcrit par un nombre de points acquis sur dix points maximaux) derrière l'étiquette imagée (il doit choisir la bonne étiquette au préalable), puis la placer à côté de son prénom sur le tableau récapitulatif.

A noter que l'enseignant peut également décider lui-même de venir contrôler le feedback à l'ordinateur avant que l'élève le note derrière son étiquette, mais cela enlève une part de l'autonomie/d'autocontrôle de l'élève qui est justement l'objectif visé par le dispositif mis en place autout de l'outil.

Finalement, une fois l'atelier terminé les élèves laissent leur place aux suivants. Et les jours suivants (périodes suivantes), les élèves auront la possibilité de constater leur progression, grâce au tableau récapitulatif et de choisir les ateliers qu'ils doivent faire et qui leur restent à faire.

Conseils pratiques: 

Tout d'abord, il faut être attentif à ce que les élèves ne détournent pas l'outil de sa fonctionnalité. En d'autres termes, l'enseignant doit rappeler aux élèves à plusieurs reprises qu'ils ne doivent pas procéder par essai-erreur dans les activités en ligne, et rappeler que celles-ci sont en lien avec les objectifs visés en mathématiques, et en français. Ainsi cela évite à l'enseignant de devoir intervenir dans la tâche de l'élève, et par conséquent de sortir de son rôle "effacé", qui est voulu dans ces ateliers, dans le but de privilégier dans un premier temps les interactions entre élèves, ensuite entre les élèves et la matériel, et finalement de permettre aux élèves d'être autonomes dans la gestion de la tâche et de s'autoréguler.

Ensuite, pour les mathématiques, il est important que les élèves puissent s'aider des multicubes, pour l'atelier "puzzle: numération /calcul" pour la multiplication notamment, afin qu'ils ne soient pas bloqués et puissent passer par la manipulation pour s'aider s'il rencontrent des difficultés face aux tâches proposées.

En outre, ces ateliers peuvent être fait individuellement, si le matériel le permet (plusieurs ordinateurs). Malgré cela, l'objectif lié aux capacités transversales qui concerne la collaboration peut perdurer dans ce cas, à condition que les élèves puissent s'aider. Par exemple, si l'on met deux élèves aux ordinateurs (donc un par ordinateur si l'on possède deux ordinateurs), il serait intéressant de choisir un élève expert et un élève novice, en fonction de l'atelier, pour amener les interactions souhaitées (tutorat ou collaboration), c'est-à-dire que les élèves se questionnent et échangent s'ils rencontrent des difficultés, même s'ils ne travaillent pas sur la même machine.

Ensuite, les groupes d'élèves douvent être régulièrement changés, afin de changer le type d'interaction entre les élèves. Il faut également les inciter à regarder (au début en tout cas, s'ils n'ont pas pris l'habitude de le faire) le tableau récapitulatif. A noter que cela peut s'inscrire dans un moment de rituel en début de journée, oû les élèves viennent constater où ils en sont dans la progression des ateliers.

Finalement, il faut laisser un temps aux élèves afin qu'ils puissent s'appoprier le site de Petit-Bazar, c'est-à-dire qu'au commencement, si les élèves ont de la peine à naviguer sur le site pour trouver les activités en lignes qu'ils doivent effectuer, l'enseignant est là pour les guider (régulations proactives).

Domaine: 
Formation générale -> Environnement
Objectifs pédagogiques: 
Se situer et identifier des points de repère
Degrés conseillés (harmos): 
5P - 6P
Matériel: 
un ordinateur
accès à internet afin de bénéficier de google maps et google earth
site Petit Bazar pour les énigmes géographiques
Temps prévu: 
2 périodes de 45 minutes
Résumé: 
Je décris plus bas deux leçons intégrant l'usage des MITIC dans l'enseignement de l'hydrographie de Genève. Il est important de savoir que ces deux leçons ne prennent du sens que parce qu'elles font partie d'un enseignement déjà dispensé sur l'hydrographie du canton (voir séquence en pièce jointe à télécharger). Ces deux leçons intégre l'utlisation de google maps et google earth. Ces deux outils offrent la possibilité d'apporter une plue value dans la représentation de l'enfant sur l'espace. En effet, il s'agit là d'apparier différents types de représentation graphique. Ainsi, l'élève découvre une autre mode de représentation: la carte interactive. Celle-ci possède de riches atouts pour l'enseignement de la géographie. En effet, l'élève peut se déplacer dans la carte interactive. Cette dernière n'a pas de limite (contrairement au carte scolaire). Le facteur zoom permet également de répondre à certaines difficultés classiques chez certains élèves. En effet, grâce à cette fonctionnalité, les élèves peuvent se concentrer sur une zone géographique (par exemple Lancy) pour s'en éloigner (zoom arrière) et constater que celle-ci fait partie de Genève, puis de la Suisse, puis de l'Europe, et du monde. Les activités qui suivent proposent de faire des liens entre les différentes représentations graphiques (ce qui va favoriser le sens et l'utlitité de l'outil). Pour ce faire, les élèves doivent repérer sur la carte interactive différents lieux qu'ils peuvent également voir sur les croquis fournis par l'adulte, les photos ou autres. Une énigme géographique est également proposée. L'élève observe une représentation figée d'un lieu géographique. Il doit alors retrouver celui-ci sur la carte interactive.

Présentation générale de la séquence didactique :

Conseils pratiques: 

Il est utile de de recueillir les représentations initiales des élèves sur l'hydrographie de Genève. Pour ce faire, il est possible de leur fournir une feuille blanche et leur demander de représenter le canton. Il est alors intéressant de faire de même en fin de séquence afin de noter l'évolution.

En ce qui concerne l'utilisation des MITIC, il serait intéressant d'offrir initialement un moment libre afin que l'élève puisse découvrir seul l'outil, ne serait-ce que pour se familiariser, répondre à ses propres intérêts et découvrir le sens que lui évoque l'outil.

Il serait également intéressant d'offrir à différents moments de la semaine, des instants où chacun puisse repérer un lieu sur google map ou google earth.

 

Domaine: 
Mathématiques -> Espace
Objectifs pédagogiques: 
Explorer l'espace en effectuant et décrivant ses propres déplacements et des déplacements d’objets
(Travail de la logique)
Degrés conseillés (harmos): 
3P - 4P
5P - 6P
7P - 8P
Matériel: 
Un ordinateur
Une connexion internet (accès au site http://petit-bazar.unige.ch nécessaire)
Activités suivantes : « Labyrinthe des vaches », « Les tuyaux », « Allumer les ampoules » (disponibles sur le site du petit-bazar)
Temps prévu: 
20 périodes de 45 minutes
Résumé: 
Ateliers mis en place dans un centre de jour, pour des élèves âgés de 10 à 13 ans dont les différents niveaux scolaires étaient très hétérogènes, le but : individualiser les apprentissages en permettant à chacun d'exercer ou d'apprendre des notions nécessaires ou importantes dans le bon suivi de leurs apprentissages ainsi qu'un travail portant sur la logique. Activités pouvant être proposées à des élèves de la 1P à la 6P, durant les moments d'accueil ou intégrées au plan de travail.

Présentation des différentes activités :

Conseils pratiques: 

Remarques concernant la difficulté des différents jeux.Le jeu "les tuyaux" est destiné, d'après moi, à des élèves plus âgés, sur le site internet du petit-bazar il est noté que celui-ci est destiné à des élèves de 2E à 2P, ce dernier me semble plus adapté à des élèves de 2P à 4P voire jusqu'à la 6P.

Domaine: 
Mathématiques -> Nombre
Objectifs pédagogiques: 
Poser et résoudre des problèmes pour construire et structurer des représentations des nombres naturels ...
... en passant de l’énonciation orale du nombre à son écriture chiffrée et inversement
... en associant un nombre à une quantité d’objets et inversement
Degrés conseillés (harmos): 
1P - 2P
Matériel: 
Ordinateur
Activité sur internet issue de Petit Bazar (Compter les billes)
Plots de 1à 12 qui peuvent servir d'aide aux élèves lors de régulations
Temps prévu: 
6 périodes de 45 minutes
Résumé: 
Cette activité permet, après le travail en collectif ou petits groupe, d'exercer l'association d'un nombre à une quantité par le biais d'un puzzle. Ce puzzle étant un exerciseur, il donne une validation immédiate à la réponse de l'élève si la réponse est correcte ou non. L'activité se conclue par un point "positif", le puzzle découvre une image et un bonhomme applaudit l'élève (éléments motivationnels). Cette activité a aussi l'avantage d'exercer le mouvement et plus précisément la motricité fine de l'élève par la sensibilisation à l'utilisation de la souris.

L'activité sur petit bazar

Conseils pratiques: 

Le premier conseil pratique serait d'utiliser comme matériel d'appui des cubes ou des cartes numérotées de 1 à 12. Cela permet aux élèves qui n'ont pas encore intégré la représentation de tous les nombres, de s'appuyer sur une suite numérique et de savoir comment se représente par exemple le "5" en allant chercher  par énonciation de la comptine numérique "1,2,3,4,   5".

Le second conseil pratique serait, pour les élèves qui ont très peu utilisé la souris de l'ordinateur à la maison, de prendre un moment pour les faire s'exercer, en leur demandant par exemple de se déplacer sur l'écran, de cliquer sur des points, etc. C'est-à-dire trouver des moyens pour que les élèves se familiarisent avec l'utilisation de la souris.

Le troisième point auquel il est important d'être attentif est la possibilité que certains élèves développent des stratégies autres que celles en lien avec l'objectif de mathématiques poursuivi. Par exemple: faire glisser l'étiquette du nombre sur les paquets de billes au hasard, en attendant que le puzzle "se découvre". Ces stratégies, très malignes!, mais n'exerçant pas du tout les compétences mathématiques des élèves sont donc à prendre en compte, bien que, soyons réalistes, nous ne pouvons pas avoir un oeil sur tout!